fbpx
Nous suivre #artup2019
Top

Revelation

REVELATION ART UP !

Elena Carbonelli >

> Ecole supérieure d’Art de Tourcoing >

Baignée dans le milieu sportif depuis son plus jeune âge en tant que patineuse artistique, elle développe ensuite un regard sur l’art vivant à l’université de Strasbourg puis de Lille.
Dès lors, son travail et ses recherches artistiques gardent l’empreinte du corps; d’un corps pourvu d’émotions comme ultime cri de l’être, souvenir de l’existence qui passe. Un corps soulevant des questions d’identité individuelle et collective.
Ici, c’est par le biais de séries de photographies accompagnés de textes que s’articulent cette problématique de la déconstruction.

Retrouvez cet artiste sur le stand

> Revelation by Art Up !

Yosra Mojtahedi >

> Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains / Tourcoing >

« Dans mes rêves, j'ai retrouvé mes souvenirs d’enfance... Nuit après nuit chaque image coulait dans ma pensée comme de la poésie. Et la femme, cette tendre créature à l'intérieur de moi a commencé à danser. Je tâtonnais dans l'obscurité et j’ai touché la lumière... Cette belle lumière qu’était l'espoir.
La série "Souvenirs d'enfance" est une recherche intérieure pour redécouvrir la partie féminine de mon esprit.
Dans mon enfance la poésie était partout. Cette série s’inspire de la poétesse Forough Farokhzad, pour tenter de trouver une image fidèle à ma génération, nourrie de ses poèmes et éprise de liberté. Forough Farrokhzad (1934-1967) fut la première femme marquante de la littérature iranienne. Son lyrisme moderne dans une société répressive contient parfois des échos de la grande poésie classique persane (Omar Khayam, Roumi, Hafiz).
Cette série contient une vision simple et minimale de mon pays à l’histoire complexe et tumultueuse. Les photomontages sont faits avec les photos de divers endroits où j’ai vécu en Iran et montrent des femmes nues, pour donner une image pure, sans censure. Cette image ne peut être réalisée et reste comme un rêve.
Le noir dans les photos est inspiré par le mouvement entre de la lumière et l’obscurité de l’architecture persane: Pour un bâtiment, l'aspect spirituel est plus important que l'aspect physique. L'utilisation de la lumière est l'axe principal de l'architecture islamique. Le but principal est de sortir de l'obscurité pour entrer dans la lumière. » Y. M.

Retrouvez cet artiste sur le stand

> Revelation by Art Up !

Emmanouil Zervakis >

> École Supérieure d’Art Dunkerque / Tourcoing >

Ayant passé la majeure partie de sa vie entre plusieurs pays, Emmanouil Zervakis a développé une sorte d’instinct pour observer les petits détails de son nouvel environnement.
Cette série de compteurs électriques, pris au Mexique sont un peu comme des portraits désincarnés de leurs propriétaires, riches d’une multitude de micro-informations qui nous renvoie à notre propre imaginaire.
Par ce jeu de contraste entre la précision mécanique des compteurs, qui enregistrent d’une certaine manière notre rythme de vie et la liberté du geste des couleurs de leurs hôtes, nous saisissons une certaine tension se dégager.

Retrouvez cet artiste sur le stand

> Revelation by Art Up !

Han Qi >

> Ecole supérieure d’Art Nord – Pas de Calais/Dunkerque – Tourcoing >

Dans cette série de Han Qi fait référence à la NASA. Celle-ci représente l’environnement de la Lune et de Mars. Il a créé cette série en mélangeant son imagination afin de mettre en scène une planète absurde.

Retrouvez cet artiste sur le stand

> Revelation by Art Up !

Joe Delcourt & Félicia Laude >

> Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis >

Par la réalité d'un instantané photographique, les artistes cherchent à révéler une histoire fantastique, voire horrifique, liée à des faits historiques. Ceux-ci peuvent être rattachés au monde de la magie, avec ici les bûchers de Salem, qui punissaient les femmes accusées de sorcellerie.
Cette part d'histoire ouvre une brèche sur les mythes, elle nous fait accéder à un monde et faisant apparaître une quatrième dimension dans notre réalité.
Photographie et retouches numériques (photo-bash), ce travail collaboratif est né du désir de recréer une atmosphère teintée de mystère et d’angoisse, des paysages suscitant un constant va et vient entre jeu visuel, graphique, et stéréotype, comme si l’histoire de la photographie avait les mêmes poncifs que les classiques du cinéma d'horreur.
Accentuant l'atmosphère sombre et pesante du récit photographique, ces images nous montrent des lieux communs, elles créent un trouble spatiotemporel. Peut-on considérer que ce sont des photographies des forêts de Salem ? Peut-on directement relier ces lieux à de véritables bûchers ?

Retrouvez cet artiste sur le stand

> Revelation by Art Up !

Renata Andrade >

> Université de Lille 3 > France

Diplômée à la fois en arts scéniques et en arts visuels, Renata Andrade, actuellement en master Arts à l'université de Lille, est une artiste qui refuse d'entrer dans le cadre. Rejetant les catégorisations, son travail cherche à mettre en lumière cette zone de trouble dans la frontière.
A la fois artiste et actrice, Brésilienne et Française, blanche et noire, ses performances dans l'espace public font sortir l'art de son cadre formel et interrogent nos comportements sociaux.
Dans Interface, la performeuse, qui a grandit dans les banlieues populaires de São Paulo, joue avec la frontière entre l'artiste et le spectateur. En invitant les passants à réaliser l’œuvre avec elle, elle fait bouger les rôles. L'un nourrit l'autre. La captation de ce travail en timelapse brise aussi les frontières traditionnelles entre la performance, la photographie et la vidéo et pousse le spectateur vers une autre perception de la réalité.

Retrouvez cet artiste sur le stand

> Revelation by Art Up !

Jordan Boubert >

> Université de Lille 3 > France

Un intérêt pour le médium photographique, une Licence en Arts Plastiques et un Master en Arts plastiques et Visuels permettent à Jordan Boubert d'aller au de-là du croquis préparatoire et de mettre en image ses idées.
La mise en scène du corps est étudiée de sorte à liée théâtralité et chorégraphie.
Cette série est un ensemble de photographies où différents espaces naturels et délaissés de toute vie collabore avec le corps humain.
Le retrait, l’abandon du corps ou même le mystère sont ce qui qualifie au mieux les intentions photographiques de Jordan Boubert. Les ruines urbaine lui permettent de réinterroger la signification de ce que peut-être ces nouvelles sortes de ruines et de tirer profit de ces espaces en faisant corps avec eux.

Retrouvez cet artiste sur le stand

> Revelation by Art Up !

Soumaya Menouar >

> Ecole Supérieure d’Arts du Nord-Pas-de-Calais, Dunkerque / Tourcoing > France

Illusions Potentielles ou Potentiels d’un algorithme de l’illusion, tels sont les intitulés du travail de recherche artistique de l'artiste, qu'elle développe à l’Ecole Supérieure d’Arts du Nord-Pas-de-Calais, depuis 2017.
Sa pratique plastique est pluridisciplinaire et s’oriente vers un travail de recherche théorique. La question travaillée avec son laboratoire de Recherche en Illusions (ARCEFICT – Artistes Chercheurs en Expérimentations Fictionnelles) est : peut-on réaliser l’algorithme de l’illusion ?
Le programme interprète un réel : La vidéo est générée à partir de cet algorithme qui matérialise le mécanisme de la construction d’une illusion. Il s’agit d’une invitation à se projeter voire à percevoir ses propres Illusions potentielles.

Retrouvez cet artiste sur le stand

> Revelation by Art Up !

Stanislav Kurakin >

> Université de Lille 3 > France

Quel est ce petit observateur placé de l’autre côté du verre, dont l’œil paraît aussi énorme que l’Univers entier ? Cet observateur curieux mit fin à la cosmologie religieuse en osant regarder dans un trou de serrure pour voir ce qu’il y avait et en ne voyant rien. Le télescope devint vite un des symboles de la révolution scientifique et fut responsable d’un changement paradigmatique considérable dans la société depuis le XVIe siècle. Le jour où l’homme devint observateur de l’Univers, il réussit à amener sa connaissance et sa conscience à un niveau supérieur. Mais saura-t-il un jour échapper à lui-même dans sa quête du réel ?
L’installation comprend quatre télescopes à fonctions détournées qui interrogent notre rapport à la réalité. Le premier télescope présente une réflexion sur la possibilité de l’observation du noir absolu dans l’environnement qui est le nôtre, ce qui évidemment s’avère impossible car l’absence de lumière signifie l’impossibilité de l’observation. Le deuxième interroge la nature des données qui nous permettent de découvrir l’espace, d’où une interprétation sonore des corps célestes donnée à écouter dans un appareil à usage visuel. Le troisième télescope interroge la relation entre l’infiniment grand et l’infiniment petit : il recèle en lui un microscope et un échantillon de tissu vivant qui, agrandi plus de 1200 fois, ressemble à la représentation d’une nébuleuse. Enfin, le dernier télescope efface le traditionnel « objet de recherche » en le remplaçant par… le sujet lui-même : un jeu de lentilles et d’éclairage permet au spectateur de voir l’infini à l’intérieur de son propre œil.

Retrouvez cet artiste sur le stand

> Revelation by Art Up !

Exposition parrainée par :
Exposition parrainée par :
Exposition parrainée par :
Exposition parrainée par :
Exposition parrainée par :
Exposition parrainée par :
Exposition parrainée par :
Exposition parrainée par :
Exposition parrainée par :