fbpx
Nous suivre #artup2019
Top

Claude Venard

Paris, France > 21 mars 1913

GALERIE BERTHÉAS > Stand E10

Né le 21 Mars 1913 à Paris, Claude Venard fut l’un des grands noms de la jeune génération de l’Ecole de Paris. Sa peinture profondément marquée par le cubisme et réalisée avec une pâte généreuse étalée au couteau marqua le XXème siècle. Il décèdera en 1999 à Sanary sur Mer.
Il adhère à un nouveau mouvement artistique dérivé de l’avant-garde :
« les Forces Nouvelles ». C’est avec ses membres, Marchand, Gruber, Tal Coat, Pellan, Civet et Clavé qu’il participe en 1936 à sa première exposition en opposition à l’impressionnisme et à l’abstraction catégorique. De plus, deux ans plus tard, il signe avec eux le manifeste « Rupture » dont l’objectif était de « forger des consciences révolutionnaires ». A cette époque la peinture de l’artiste illustrait les débats qui animaient le monde de l’art.
Mobilisé pour la seconde guerre mondiale, Claude Venard dû faire face à de nombreuses épreuves : l’enfermement, la violence, la fuite, l’épuisement, la faim,jusqu’à ce que, brulé, il fut transporté dans un hôpital militaire. Désormais pleinement impliqué dans la peinture, il multiplie les expositions : en France aux Salon des Indépendants, des Tuileries, de Mai dont il est le membre fondateur (évènement d’avant-garde incontournable pour les artistes abstraits) mais aussi aux Etats-Unis, au Japon, en Argentine, en Allemagne, au Danemark, et bien d’autres. Ses œuvres ont intégré des collections prestigieuses comme celles du Musée d’Art moderne de la ville de Paris et la Tate modern de Londres.
Claude Venard a peint frénétiquement avec une passion dévorante qui le faisait rebondir d’un sujet à l’autre, d’un souvenir à un autre ; restituant des éléments que son esprit avait gravé dans sa mémoire visuelle. Qualifié de post-
cubiste il forge sa singularité en utilisant une palette colorée appliquée au couteau dans des pates très épaisses, donnant à l’esthétique géométrique une dimension très instinctive. Le chromatisme de cette palette s’est accentué au fil des années dans des tons plus crus mais en conservant toujours l’originalité de ses textures qui faisaient chanter ses ports, ses toits, ses arlequins, ...