fbpx
Nous suivre #artup2020
Top

Saré

Arménie > 1959

GALERIE 21 > Stand D37

Saré, peintre complet, après des études littéraires à Erévan en Arménie, obtient un diplôme de scénographe en costumes de théâtre et de cinéma. Puis, elle continue à l’Académie des Beaux Arts d’Érévan. Elle devient scénographe-en-chef et travaille durant plus de 20 ans dans le monde de la scène. Saré s’appliquera à la scénographie et aux costumes, pour de plus de 40 spectacles. Moscou, Paris, Érévan, Colombus et bien d’autres grandes villes ont organisé des expositions des œuvres de Saré. A chacune d’entre elles le même phénomène se produit :un large sourire, un besoin frénétique de se prendre en photo avec l’un ou l’autre de ses personnages, chercher à qui celui ou celle là ressemble. On ne voit pas tout de suite, que le tout petit papillon à des yeux bleus, car la technique de Saré est si poussée qu’elle déplace dans un cm2 les limites de la minutie à nos limites oculaires.
Le paradoxe, un psychotonique pour la réflexion. Evgénia Saré révèle la complexité inattendue de la réalité au milieu d’étranges personnages. A travers le temps, elle témoigne des faiblesses de l’esprit humain. Avec tendresse et malice, elle se fait, l’attachée de presse de toute une civilisation. L’amour, le temps qui passe, la surprise des émotions, sont autant de thèmes attachants pour Saré. Des scènes de théâtre, sans limite d’outil conceptuel. Sa technique à l’huile, très poussée, plonge notre regard entre « hier et aujourd’hui ». Des pigments et des touches déterminant l’opacité ou la transparence, l’artiste travaille les glacis avec la sagesse des grands classiques flamands. Des couleurs racoleuses pour délivrer la juste proportion de lumière. Tout en Saré nous ramène vers la théorie des probabilités. De «paradoxes d’état» en «paradoxes de transformation», elle nous éveille à notre capacité d’anticiper l’avenir. Le souvenir des époques passées, la fragilité de l’équilibre actuel sont en permanence évoqués. Avant ou après, Evgénia Saré et ses féériques paradoxes, sonnent le tocsin d’un rassemblement sociétal.